De tout temps, le corps de l’Homme a inspiré les artistes : Les courbes, attitudes, grains de peaux et pigmentations, étaient reproduits avec le plus de réalisme possible ; Seules les œuvres respectant ces critères étaient saluées par la critique.
Jacky MEUNIER s’est délibérément écarté de cette voie, par trop académique, pour nous entrainer, au travers de ses créations, sur des chemins transversaux où subsistent encore les esprits anticonformistes et frondeurs de Salvador DALI, Fernand LEGER, Hans ARP et Pablo PICASSO.
Les formes lisses, polies, commencent, ou s’achèvent, par des structures géométriques anguleuses et froides ; Les éléments corporels permutent et se déforment ; La matière et le vivant semblent se disputer les espaces. Cependant, les assemblages fonctionnent de la plus belle manière ! La logique cartésienne s’arrête aux portes de l’imaginaire. C’est de l’antagonisme des patines et de la déstructuration des éléments que nait l’esthétisme.
J-C SEVELLEC
Commissaire d'exposition - Photographe - Galeriste